Catégorie : Critique cinéma détaillée

Des critiques détaillées sur des films qui m’ont particulièrement parlé.

[Cinémavis #53] ”Le Labyrinthe” (2014 – 2018, Wes Ball)

Mon analyse critique & mon avis subjectif sur la trilogie de films ”Le Labyrinthe” (2014 – 2018, Wes Ball).

[Cinémavis #52] Kingsman: Services secrets (Matthew Vaughn, 2014)

Mon analyse critique du film Kingsman: Services Secrets.

[Cinémavis #51] Monsters (Gareth Edwards, 2010)

Je me dis depuis longtemps que je voudrais novelliser Monsters. J’avais même commencé. Je me suis relu : c’est nul. Et je pense que je n’y arriverai jamais : marcher dans les pas d’un […]

[Cinémavis #50] Willow (Ron Howard, 1988)

Cinquantième cinémavis ! Faut fêter ça.🍸. Voilà, j’ai fêté. On n’a pas que ça à faire non plus. Willow : j’ai répété ses visionnages enfant à tel point que, l’ayant vu l’année dernière […]

[Cinémavis #49] Master and Commander : De l’autre côté du monde (Peter Weir, 2003)

Weir, washed out après Le Cercle des Poètes Disparus, puis refait avec Le Truman Show dont la fausse mer offrait une si belle rédemption, avait peut-être pour destin d’être washed up derechef […]

[Cinémavis #48] Miss Peregrine et les enfants particuliers (Tim Burton, 2017)

Des enfantastiques à la Burton ? Je m’attendais à un Narnia McPhee foldingue avec des poupées mécaniques auxquelles on donne vie. Bon, peut-être pas jusqu’aux poupées. Mais j’étais pas loin.

[Cinémavis #47] Pokémon : Détective Pikachu (Rob Letterman, 2019)

En allant voir Détective Pikachu, je ne m’attendais pas à grand chose, mais je me suis laissé convaincre par ma nostalgie de joueur assidu de la licence et je ne l’ai pas […]

[Cinémavis #46] Sicario (Denis Villeneuve, 2015)

Ah, Villeneuve. Je remonte sa filmographie dans le temps et j’étais déjà surpris avec Prisoners de l’affirmation de sa griffe. Sicario apporte sa pièce au continuum.

[Cinémavis #45] The Wiz (Sydney Lumet, 1978)

Une version entièrement afro-américaine* de Le Magicien d’Oz, c’est une de ces idées qui semblent absurdes et promises à la navetitude. Mais sous la coupe de Sydney Lumet et la production énergique de […]

[Cinémavis #44] L’or se barre (Peter Collinson, 1969)

Le titre français de The Italian Job laisse supposer que l’or, porté par ses petites jambes, s’enfuit pour provoquer quelque hilarité chez le spectateur. Ce sont plutôt des grandes roues que des petites […]

%d blogueurs aiment cette page :