Monétiser son blog avec WordAds

Pourquoi et comment j’ai monétisé mon blog avec WordAds.

bannière bloqueur de pubs

Sommaire

  1. Quand monétiser son site
  2. Précision sur la différence entre une audience continue et une audience ponctuelle
  3. Comment monétiser son site ?
  4. Bonnes pratiques

Toi, lecteur régulier, tu te poses sûrement la question : mais Ywan, katufé ? Oui, j’ai changé le design – deux fois –, j’ai moins publié d’articles et je n’ai pas dit pourquoi. C’est que je voulais avoir fini avant de vous l’annoncer : le blog est maintenant semi-pro. Cela signifie que les pubs affichées sur le site ne rapportent plus de l’argent qu’à WordPress, mon hébergeur, mais aussi à moi. C’est pourquoi je fais comme les grands aujourd’hui et vous propose de désactiver votre bloqueur de pub sur le site. Vous pouvez ainsi m’aider à vivre de ma passion et c’est gratuit pour vous !

Ces temps-ci, j’ai donc travaillé en coulisses, mais rien ne va vraiment changer : mes sujets restent les mêmes, ainsi que mon rythme de publication et ma motivation. J’espère juste avoir rendu le site plus attrayant, et je vous donne la possibilité de me soutenir si cela vous intéresse. Tant que j’y suis, je vais m’intéresser à l’ouverture de comptes Tipeee et uTip. Je vous tiendrai plus volontiers au courant de l’avancement sur le Discord ; ici, je me contente d’annoncer.

Je voulais aussi profiter de l’occasion pour partager les deux semaines que j’ai passées à tout mettre en place, et transmettre ce que cela m’a enseigné jusqu’ici. En gros : monétiser son site WordPress, à chaud et en pratique, c’est quoi ?


Quand monétiser son site ?

Le SAV se montrera assez frileux quant à vous conseiller là-dessus – et c’est bien normal – donc ne comptez pas sur un quota magique de visiteurs pour savoir quand vous lancer. De plus, ils ne manqueront pas de vous rappeler que le marché des publicités WordAds fonctionne sur le même principe que la Bourse, avec ses aléas.

Toutefois, voici ce que je peux vous dire de pertinent d’après mes échanges avec le SAV :

  • on m’a laissé entendre qu’il fallait avoir au moins 10 000 vues mensuelles pour espérer faire un profit (j’en ai un peu plus de 3 000) mais c’est un chiffre très symbolique qui sert surtout à faire taire le client en mal de chiffres ;
  • on parle bien de vues et non de visiteurs ; c’est l’affichage d’une publicité qui compte, donc un même visiteur peut compter pour trois vues et trois impressions (= affichages de pubs) ;
  • une vue est égale à une impression à la condition que le visiteur n’a pas de bloqueur de pubs et que la pub est vraiment affichée sur son écran (il faudra donc qu’il fasse défiler la page sur son écran pour que les pubs de bas de page comptent pour impressions).

WordAds est disponible pour quiconque dispose d’un plan WordPress payant, sans quoi il faut avoir un certain trafic pour espérer en disposer. Vous pouvez, comme moi, vous lancer pour commencer d’amortir l’investissement WordPress (je dispose du plan Premium coûtant 8€ par mois) mais il n’y a aucun moyen fiable de déterminer exactement si c’est le bon moment.

J’ai aussi vu qu’en début d’année 2019, un partenaire majeur de WordPress avait mis fin à son contrat et que ça pouvait être lié à une baisse en revenu sur une durée indéterminée.

Je n’ai pas encore perçu de revenus, donc je ne peux pas vous dire si mon choix était prématuré. Au pire, réclamez-moi un update si vous passez quelque temps après la publication du billet (en attendant que j’en reçoive un, hahaha). De mon côté, je profite aussi du plan Premium pour la personnalisation avancée du design.

Précision sur la différence entre une audience continue et une audience ponctuelle

Si l’audience est un paramètre primordial dans la monétisation d’un site, son type est au moins aussi important.

J’ai la chance d’avoir une forte audience continue, c’est-à-dire que j’ai des articles populaires qui font des vues chaque jour depuis leur création parce que les gens y accèdent depuis les moteurs de recherche (merci aux bonnes pratiques que j’ai toujours appliquées ; voir plus bas).

Cela signifie que mes 0,66% d’articles les plus populaires sont responsables de 41,3% de mes vues totales. Quantième Art est donc un site qui se repose essentiellement sur son audience continue et c’est ce que WordAds aime le mieux.

À l’inverse, mon audience ponctuelle est relativement faible, et je m’en rends bien compte sur mes articles qui ne font des vues que le jour de leur sortie ou un peu après. Mes cinébdos, notamment. totalisent difficilement plus de 40 vues sur trois jours (je sais, je n’ai pas à me plaindre, j’illustre juste 😀 ).

Tout ça pour dire que vous devrez vous attendre à plus ou moins compter sur votre travail ponctuel pour entretenir le compteur de vues. Si vous avez 5 547 abonnés mais que les moteurs de recherche ne vous connaissent pas, il faudra songer à : 1) améliorer votre SEO ; 2) écrire plus d’articles.

Comment monétiser son site ?

Déjà, il faut un compte PayPal. Ensuite, il faut avoir WordAds.

Comme je le disais, on est éligible à partir du moment où l’on dispose d’un plan payant, mais je ne saurais pas dire s’il est compliqué de faire sa demande sur le plan WordPress gratuit – j’ai vu des gens à qui l’on refusait l’application sous prétexte qu’ils avaient trop peu d’audience, et on ne leur précisait pas les chiffres nécessaires à atteindre (si tout le monde les connaissait, il y aurait de la triche).

Rien de plus simple à partir du moment où vous êtes éligible : accédez au tableau de bord des publicités et activez-les (il y a peu sinon pas de raisons de ne pas tout cocher, mais à vous de voir).

Tableau de bord des publicités WordAds pour WordPress
Ce qui m’a surpris, c’est l’absence de message de confirmation, mais si tout se passe bien, vous devriez voir vos premiers revenus tomber.

Aperçu des revenus WordAds pour WordPress

Oui, c’est pas beaucoup. Mais je savais à quoi m’attendre, c’est-à-dire que je l’ignorais. Je n’en suis qu’au démarrage et vous pensez bien que, en bon fan de statistiques, je serai vite galvanisé par ce troisième onglet. Les revenus sont calculés sur la base du CPM moyen, les revenus pour 1 000 impressions. C’est ce qui fluctue beaucoup et c’est meilleur aux États-Unis qu’en Europe.

Pourquoi le pic au 5 septembre, me demandez-vous ? La réponse au prochain épisode chapitre.

Bonnes pratiques

En souscrivant à un plan premium, vous allez recevoir quelques e-mails de WordPress avec des conseils et des bonnes pratiques. Lisez-les bien. Ils s’adressent à des néophytes mais tout ce qu’ils disent est valable et j’ai été ravi de voir que j’appliquais tout par expérience. Ou presque tout. Et si vous vous lancez dans une activité semi-pro, je vous conseille vivement de ne rien négliger, surtout en matière de SEO (référencement par les moteurs de recherche).

Vous allez aussi recevoir les conditions d’utilisation liées à WordAds. Lisez-les.

Ensuite, choisissez un thème graphique compatible avec WordAds. Ils le sont à peu près tous, mais ce que je veux dire, c’est de prendre un thème qui soit prévu pour WordAds, de sorte à afficher des publicités en haut de page par exemple. Voici la liste des thèmes gratuits qui intègrent bien WordAds (6), et la même chose en thèmes premiums (18).

J’avais commencé par prendre Tortuga, qui est magnifique, en me disant que ”design > pubs”. Mais les pubs ne s’affichaient qu’en bas de page, donc mon ratio d’impressions par vues était médiocre (voir le premier chapitre de l’article à ce sujet). Le 5 septembre, je l’ai changé pour Bromley, et c’est en partie de là que vient le pic d’impressions sur la capture d’écran ci-dessus. Un thème qui affiche les publicités en haut de page garantit que toute vue est égale à une impression si le visiteur n’a pas de bloqueur de pubs (vous pouvez aussi discrètement réclamer que les gens désactivent le leur sur vos articles).

Ensuite – mais ai-je besoin de le dire ? –, soignez votre audience et votre contenu. Ne négligez jamais la qualité pour la quantité, allez lire d’autres bloggeurs, communiquez, pensez à être un minimum actif sur les réseaux sociaux. Et sourcez vos informations !


N’hésitez pas à me faire des retours ou des suggestions sur le nouveau design ou à poser vos questions si je n’ai pas couvert celle(s) que vous vous posiez. En attendant, merci d’être mon lecteur et, euh… bonne rentrée ? C’est ça qu’on dit ?


Crédits illustrations :

  • Rawpixel.com — fr.freepik.com ;
  • Dooder — fr.freepik.com ;
  • Slidesgo — fr.freepik.com.

21 commentaires

  1. Le truc à absolument éviter c’est l’itinéraire Lama Fâché
    Soit des sujets ultra-putaclics, bâclés et mal traités, afin de générer un maximum de vues et donc de tunes, une coquille vide au service du markéting

    En fait les soucis adviennent quand on commence à penser « revenus » et non « contenu qui me passionne ». Je me fais pas trop de soucis pour toi à ce niveau là, mais la monétisation, notamment sur YouTube, ça peut réveiller le pire du cynisme chez un être humain… Quand tu vois des vidéos sciences, philo, Histoire etc avec des invités et des analyses de qualité qui stagnent à 100/1000 vues, vs. des neuneus qui ont des millions de vue en déballant des cadeaux ou en gueulant devant une caméra, tu peux rapidement te dire, « mmmh, le modèle Lama Fâché, finalement… » 🙂

    WordPress n’est sûrement pas aussi lucratif que YT aussi, donc ça doit jouer également.

    Aimé par 3 personnes

  2. Je suis loin des 3000 vues mensuel, ce n’est donc pas demain que je vais me professionnaliser. J’avoue que toute cette tambouille marketing me passe au-dessus, comme les soucis de visibilité du blog (quoi t’es pas sur Facebook ? Ni sur Twitter ? Bah non). C’est un tort sans doute. J’y songerai un de ces jours.

    Aimé par 2 personnes

    1. Fb et Tweeter c’est pas forcément obligatoire ou alors dans une grosse démarche réseaux sociaux qui implique que tu es sur bien d’autres RS. Moi je privilégie la longue traîne en posant des liens partout où je peux. Ça prends du temps mais c très rentable sur le long terme et comme le dit le billet ça génère une audience automatique. Ça et les images. On sous-estimé les rebonds via la recherche d’image. Perso je récupère quasi tour mais je conseille (notamment sur les bd) de poser ses propres captures pour apparaître plus facilement dans gogol.

      Aimé par 2 personnes

      1. Je fais comme toi, je spamme Facebook mais je n’y suis pas vraiment actif. Oui, c’est redoutablement opportuniste. 😀

        Je fais aussi mes propres captures d’écran. Je me suis toujours douté que les recherches d’images pouvaient m’apporter des vues, mais sans l’avoir jamais vérifié (il faudrait Google Analytics pour ça).

        J'aime

      1. « Bloggeur nature » je ne sais pas (où en est mon bilan carbone), sans doute un peu trop installé dans un fonctionnement et une thématique délimités (le cinéma rien que le cinéma). Je ne désespère pas d’évoluer un de ces jours. 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Je n’y suis pour rien. Figure toi que j’ai découvert il y a peu cette quantité phénoménale de pubs sur mon blog en consultant une page chez un ami. Lorsque je me connecte depuis mes appareils, je suis reconnu comme administrateur et les pubs n’apparaissent pas.

        Aimé par 1 personne

  3. Merci bcp pour ton retour. J’essaye des trucs et j’attends un peu de stabiliser mon audience sur plus d’un an car les saisons ne sont pas les mêmes. J’essaye pour l’instant les liens vers decitre mais pas encore de retour. Je regarderais tes autres retours dans quelques mois pour voir si je suis mur pour wordads ou tenter un teepee.

    Aimé par 1 personne

    1. Le Teeepeee, je crois que tu peux toujours essayer, ça ne mange pas de pain (faut que je le fasse d’ailleurs). UTip aussi mais ça peut être plus dur d’y accéder (ma préinscription est en attente de traitement). J’ai aussi attendu la fin de l’été pour monétiser car les audiences estivales sont clairement molles. ^^

      J'aime

      1. Ouais Tipeee ça marche bien, surtout si tu fais plusieurs catégories de don avec du contenu exclusif pour ceux qui prennent la peine de donner un peu plus. Ex dans un article tu parles des langues slaves en général (ce n’est qu’un exemple au hasard), puis après, pour ceux qui sont vraiment déter, tu fais un article tipeurs plus approfondi, par ex sur l’histoire de l’alphabet cyrillique ou sur le système verbal avec perfectif/imperfectif.

        Après, l’audience dépend bcp du contenu et des périodes, oui en été t’auras fatalement moins de monde. Tes Cinébdos par exemple, là pour le coup c’est vraiment de la cinéphilie, tu vois des films qui ne disent absolument rien au commun des mortels, donc fatalement moins de vues. Plus tu traites un sujet particulier/méconnu, plus c’est ainsi; pour ça que le putaclic repose sur l’effet inverse, attirer l’attention à tous les coups avec des marronniers qui marchent^^

        Aimé par 1 personne

      2. Ça dépend, l’effet de niche compte aussi. Si je suis seul à parler d’un truc, je peux avoir une bonne part des gens intéressés.

        Bon, faut que j’apprenne à orthographier /tipi:/, moi.

        J'aime

  4. Je ne pense pas qu’un jour je serai amenée à le faire, mais ton article est vraiment intéressant, et j’espère que tu nous donneras plus de détails sur les résultats à venir =) .

    Aimé par 1 personne

Répondre à princecranoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s