Micronouvelle [#4] : Dialogue entre un gentilhomme passé et deux méchantshommes de notre temps

Ce qu’il y a de bien avec l’orage, c’est que ça supprime toutes les distractions qui fonctionnent à l’électricité. Alors on remplit des pages A4.

Crédit illustration : Meeting, par Secr3tDesign


Je m’avançais gaillardement dans la rue, pris dans mon illusion d’être le colon de ces petites terres, et m’apprêtais à lancer mes salutations à un jouvenceau, l’air sûr de lui, qui venait vers moi, accompagné apparemment d’un de ses amis, lorsque ce fut lui qui m’adressa la parole.

— Eh mec, tu vas à un bal costumé, ou quoi ?

Je compris, malgré ma certitude momentanée selon laquelle l’homme ne partageait pas ma langue, qu’il s’agissait là d’une tentative de faire de l’esprit. Pris au jeu de la joute oratoire, je répondis aussi sec.

— Ma foi, mon cher ami, mais force est de constater que le bal est venu à vous ! Ou bien que seraient-ce là de mesquines vêtures à porter à la vue de tous !

Comme ils arboraient un air bovin, j’ajoutai, croyant bien faire :

— Ou quoi !

Mon interlocuteur sembla se décoincer.

— Mais t’es un marrant en fait !

J’allais m’enquérir de son point de vue exact quand son camarade s’invita dans la conversation.

— Jo, regarde, c’est un bourge, il a des boutons de manchette et la montre de poucet et tout et tout !
— Sans blague, j’avais pas remarqué ! fit ledit Jeaux en roulant la nuque vers son ami, qui arborait son nom sur son espèce de maillot de corps : Adidas.
— Excusez-moi, messieurs, vous m’en voyez fort marri mais je crains de n’avoir point saisi ce qui vous incita à m’aborder, quoique je peux vous assurer du plaisir et de l’honneur que c’est pour moi d’échanger avec des locaux.
— Putain ! s’exclama Adidas, le gars parle comme Racine !
— Je suis ravi de constater que vous connaissez le grand Raci-…
— Ta gueule, par contre, lança Jeaux. T’as appris tout ton numéro par cœur ou tu te fous de notre gueule en impro ?
— Et bien, je…
— Ouais ?
— Je pense que…
— Ouais ?

Comme il s’approchait de moi l’air mauvais, je le repoussai et explosai.

— Écoutez, jeune homme, je veux bien apprendre de vos us et m’y conformer malgré que vos manières sont regrettablement médiocres et que votre tenue est négligée, mais la violence ne sied pas à…
— Soient, fit Adidas.
— Je vous demande pardon ?
— « Malgré que nos manières soient ». T’avais l’air d’avoir le Beshrel pour livre de chevet pourtant.
— Putain, t’es vachement calé, Fab !

J’en déduisis qu’Adidas était le nom de famille.

— Je regrette, mais la conjonction « malgré » introduit…
— Eh, richard, tu veux une conjonction de mon poing avec ta gueule ?
— Premièrement, jeune homme, mon nom est Georges Alphonse de la Ripuaire, et deuxièmement, je ne répondrai pas à de telles invectives.
— Il est vachement emmerdant, quand même, lâcha Fab Adidas.
— J’avoue. On dirait qu’il sort d’un film historique genre Les Trois Mousquetaires.
— Oh, vos références sont fameuses, mon cher ! Je trouve moi-même qu’il n’y a rien de plus délicat que la plume de Dumas quand il lie le destin des êtres. Et Athos, ah, ce cher Athos…
— Thanos ?
— Bon, mon grand, tu nous brises un peu les couilles, OK ? Et moi et Fab, on aime pas ça. Ça nous énerve. Alors tu vas gentiment nous filer ton portefeuille, ça nous calmera. Sinon, ta jolie gueule de richard, on la défonce, compris ?
— Encore des menaces !

Dès cet instant, j’étais perdu ; aucun agent de la maréchaussée n’était en vue. Les brutes étaient hermétiques à l’art du verbe et eurent tôt fait de me désarmer de mes notions de lutte en une paire de coups bas. Ils me dévalisèrent et me laissèrent à saigner sur la voie en gravier noir et compact. La dernière chose que j’entendis avant de tourner de l’œil fut Fab Adidas pestant que je n’avais que des faux billets sur moi. Et comment donc, des faux billets ? J’avais participé à la conception des premiers billets de banque français et défiais quiconque de se prétendre mieux placé pour en garantir l’authenticité !

© Ywan Cwper

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s