[Cinémavis #47] Pokémon : Détective Pikachu (Rob Letterman, 2019)

En allant voir Détective Pikachu, je ne m’attendais pas à grand chose, mais je me suis laissé convaincre par ma nostalgie de joueur assidu de la licence et je ne l’ai pas du tout regretté.

allocine r7 imdb

Dès les premières minutes du film, une chose que je redoutais a été balayée du revers de la main : le film ne s’adresse pas nécessairement à un public familier avec l’univers de Pokémon, et les détails importants, tels que le fait que les pokémon se capturent à l’état sauvage à l’aide de pokéballs ou qu’ils puissent évoluer afin de gagner en force, sont présentés au spectateur dès lors que cette information est pertinente pour la compréhension de la scène.

L’univers, dans la façon dont il est présenté, est vraisemblable ; on y découvre un monde dans lequel les animaux, sauvages tout comme domestiques, sont dotés de capacités spéciales, comme celle de produire de l’électricité ou de cracher du feu. Ils sont appelés pokémons et font partie du quotidien des humains. Contrairement à la série de jeux dont s’inspire le film, tous les humains ne visent pas nécessairement à s’illustrer au combat avec leur pokémon ni à les collectionner en voulant « les attraper tous ». La plupart des gens en ont un seul, qui est soit leur compagnon de vie (au même titre qu’un chat ou un lapin), soit leur partenaire de travail (comme le serait un chien policier). Le héros (Tim Goodman), quant à lui, n’a aucune affinité particulière avec les pokémons et se prédestine à une carrière somme toute classique dans les assurances.

L’histoire tourne autour de la disparition de Harry, le père de Tim, un détective qui a disparu lors d’une enquête, ainsi que de la recherche des souvenirs de son pokémon amnésique, un Pikachu. Tim se trouvant, sans trop savoir comment, le seul à pouvoir comprendre Pikachu et à parler avec lui, il n’aura d’autre choix que de faire équipe avec ce dernier pour découvrir ce qu’il est arrivé à son père ainsi qu’aux souvenirs de Pikachu.

Bien qu’il s’agisse d’un film Pokémon, principalement destiné à un jeune public, le film est tout de même divertissant pour des spectateurs adultes. Bien que l’aventure de Tim et Pikachu ne soit pas une enquête policière de grande envergure, et que certaines ficelles scénaristiques soient parfois un peu visibles pour un public expérimenté, l’histoire est tout de même cohérente et prenante, que l’on soit un enfant ou qu’on l’ait été il y a plus ou moins longtemps.

Du côté technique, l’incrustation des pokémons en images de synthèse dans un univers en prises de vues réelles est plutôt convaincante avec une mention toute particulière pour Pikachu, dont la performance capture a été réalisée avec soin par Ryan Reynolds, qui lui prête également sa voix en version originale, et dont l’animation du visage permet de véhiculer toute une gamme d’émotions dans un rendu convaincant.


 

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s