Poème [#2019-6] : éther noué

Le sonnet de son air sonnait,
des arts sonnés désarçonnés.

Référence pour l’artwork : xXKonanandPain


En suivant le courant, on ne finit qu’à bas.
C’est en remontant, moi, que j’irai pas à pas.
Je trouverai le pic d’où les ruisseaux s’épanchent,
Pour que sur d’autres cours, je m’incline et me penche,

En forme de respect pour ceux qui, plus classiques,
Attirèrent des foules tous les panégyriques.
Mais à mon tour ensuite, je lèverai la tête,
Vers les nuées splendides qui renferment ma quête.

Mais ne déduisez pas que je n’aille monter
Que les sentes abruptes par les risques hantés ;
Il n’est de raccourci qui s’emprunte aussitôt.

Au peintre ses pinceaux, au poète ses mots,
Il faut en faire bien de cinquante l’usage
Pour espérer enfin en tirer une image.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s