Poème [#2019-5] : Vol honté

Dupieux a dit que l’art véritable est incompréhensible… Le mien, je demande à ce que vous le compreniez à votre manière.

Crédit couverture : arcipello


Partie dépassée s’étant crue crue
Parti des passés, ces temps cuits qu’hui :
De tombereaux, des gueux assoiffés
Des tons brodent, dégueux, en soie faits ;
Haillons, enfin de la tripaille
Le jour de graille est bien rivé
Dans les mémoires
Dans les mêts, moires


Dans nos turnes sanguinolentes
D’ans nocturnes sans guignes aux lentes
Nous rêvons, nos rêves ont
Ce sens du devoir, ce dense savoir
Cette force hier en fer blanc
Faite sorcière qui blair fend
Aux commandes du compère
Qui commande quelques bières
Le souci est bien un pot en terre cuite
Qui pour six sous permet tôt au père cuite

Moralité : forçat ou pourceau
Mort alité, pour ça ou fort sot,
Mord à l’idée : la force est
À
La
Volonté

Publicités

Catégories :Poèmes

Tagué:, , ,

3 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s