Poème (#2018-25) : Iskhis Okéanou

Un poème-histoire…

Pre-scriptum : si vous appréciez mon travail, un like ou un commentaire aide à me bien faire référencer ! Et si ce genre de contenu vous intéresse, n’hésitez pas à vous abonner avec les boutons ci-contre.

Source de l’artwork.


Née dans une calanque à la mine océane
Elle a conquis ses perles premières
À l’aune de ses plongées journalières
Et, de ses primes années imitant la manière
Les enfila sur des bagues de pierre

Puis elle fuit son village, ses parents et ses montagnes
À la lueur d’une lune mesquine et diaphane
Poussée par sa passion du sel porté par l’air
Et lassée d’être encore attachée à la terre
Ayant déjà parcouru rus et rivières
Elle s’en alla pour prendre la mer.

À douze ans déjà, elle avait connu les jonques
Pratiqué les grands détroits et d’étroits golfes en grenat,
N’était plus ignorante de Pont-Euxin ou d’Étretat
Plus tard elle fit un talisman d’une banale conque
Qu’elle fit contenir cette fière promesse :
Que de voguer, elle n’aurait de cesse.

À vingt ans, les bras durcis d’avoir manié le foc
Et la routine portuaire de soulever des brocs
Elle avait la mine dure, sa joliesse cachée par un tricorne ;
C’est dans cette allure qu’elle passa le cap Horn.

Pour ses trente ans, l’eau lui offrit trente vagues
Portant une couronne tressée tout en algues
Mais l’eau trahissait qu’elle se tarissait
De ses secrets qu’elle lui échappait
Une chose était sûre : elle voulait plus
Elle voulait voir l’œil de chaque tempête
Elle voulait pouvoir discerner l’Érébus
Et les formes de l’air de Papeete

À sa trente-deuxième année, ennuyée de l’Homme
Elle fit le choix de se faire pirate
Et devint la première des buveuses de rhum
Qui ne soit inconnue au pays des mainates.

Ne traversant plus l’eau que pour le danger
Ou dans l’espoir d’un trésor engranger
Elle fut celle qui permit qu’enfin
Le mot « terreur » soit vraiment féminin.

Elle devint riche, on la surnomma : Iskhis Okéanou
La Force de l’Océan, ainsi son nom parvint à nous
Mais son mythe n’a de fin que celle qu’on lui choisit
Et, si l’on place notre foi dans les plus étranges écrits
Il est dit que, lassée encore
Elle a délaissé les ports
Et qu’à son navire elle poussa des ailes
Pour aller goûter tous les nuages du ciel.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s