L’étrange histoire d’un mot [#2] : « licorne »

Licorne /li.kɔʁn/ (n.f.) : animal fabuleux dont le corps est généralement celui d’un cheval blanc, portant sur le front une corne unique longue et torsadée neutralisant les poisons, et qui symbolise, notamment dans les poèmes et sur les tableaux et les tapisseries du Moyen-âge, à la fois la puissance et la pureté (CNRTL).

En latin, « licorne », c’était « ūnicornis ». Au cours de son histoire, le mot a subi le phénomène de l’étymologie populaire et plusieurs resegmentations (un redécoupage des mots). Une bonne occasion de faire un petit tour de son étymologie et de voir la capacité du cerveau humain à réanalyser le langage.


L’étymologie

Les premiers temps

Tout comme le mot « canicule » auquel j’avais dédié le premier article de ce format, le mot « licorne » arrive en latin par un calque du grec ancien. Un calque est une traduction littérale : le grec ancien μονόκερως (monókeros, ce qui signifie « une corne » et qui est encore le terme en grec moderne pour « licorne ») a été traduit en ūnicornis.

Malgré la traduction, les deux mots restaient vaguement apparentés, vu que « cornis » et « κερως, keros » partagent la racine proto-indo-européenne « *ḱerh₂- » signifiant déjà « corne ».

Le latin scientifique (ici utilisé pour une gravure datant de 1551) utilise encore la racine grecque.

Le mot latin ūnicornis a encore été calqué plus tard, par exemple par le vieux norrois avec einhyrningr qui a notamment donné le norvégien enhjørning. Là aussi, la traduction est fidèle à ses origines puisque la racine germanique « hurną » pour « corne » vient aussi de « *ḱerh₂- ».

« Unicorne » est attesté en français dans la première moitié du XIIème siècle dans le sens de « licorne », en 1765 pour désigner le narval et en 1805 en tant qu’adjectif.

Rien à voir ?

D’ « unicorne » à « licorne »

Pendant que ūnicornis vit sa vie en français, il prend à peu près le même chemin en italien : le mot pour la licorne en vieil italien est unicorno, mais des choses étranges vont commencer de survenir.

  • avec l’article défini, unicorno est « l’unicorno » ; cette forme, très courante, va être resegmentée une première fois : les locuteurs vont considérer, par erreur, que l’article défini fait partie du mot. L’unicorno → lunicorno ;

  • ensuite, la forme « lunicorno » va être victime de l’étymologie populaire : l’attribution arbitraire d’une fausse origine au mot. Ici, le mot « lunicorno » donnait l’impression d’être le mélange de « lione » (« lion ») et « unicorno », et a été modifié dans ce sens. Lunicorno → liocorno ;

  • plus tard, une évolution du type liocorno → alicorno a pu être observée*. Ceci s’explique par un emprunt morphologique de l’article défini arabe « al- », déjà utilisé en masse en portugais et en espagnol (d’où notamment « alcool »).

* En italien moderne, liocorno est resté standard mais alicorno est observable comme variation dialectale.

En ancien français, « lycorne »* est attesté pour la première fois vers 1350, mais « alicorne » est encore observable en 1694. Là, deux étymologies sont possibles.

* J’imagine que la lettre <y> vient de l’assimilation du mot à son origine grecque, mais il s’agit là d’une extrapolation personnelle.

1ère théorie : resegmentation de l’article défini

Tout comme l’unicorno avait été resegmenté en lunicorno, le mot italien alicorno, quand il est emprunté en français, est perçu comme la licorne et non pas l’alicorne. C’est le premier cas que le français a standardisé sous la forme moderne « la licorne » (on note que la lettre <a>, en étant attribuée à l’article, a fait percevoir le mot comme un féminin, tandis qu’il est masculin en latin et qu’il l’est resté en italien moderne).

2ème théorie : resegmentation de l’article indéfini

La deuxième théorie n’implique pas un emprunt à l’italien, mais deux réanalyses successives au sein de la langue française. Le mot latin ūnicornis, en vieux français, a été resegmenté en « un icorne », permettant « l’icorne » avec l’article défini, ce qui a été resegmenté une deuxième fois en « licorne », forme à laquelle l’article défini a été réajouté pour donner le français moderne « la licorne »*.

* Cette théorie ne justifie pas le changement du genre du mot, mais cela ne la discrédite pas pour autant.

Pour résumer tout cela, on peut concevoir le diagramme suivant – ce que j’ai fait, du coup (cliquez pour agrandir).

Malgré le doute qui persiste quand à laquelle de ces deux évolutions est la bonne, je trouve que c’est une histoire assez exceptionnelle dans les deux cas.

Cères ennemis

À côté de tout cela, en vieux français, la licorne est un mythe encore mouvementé puisque « unicorne » (qui devient obsolète) côtoie « icorne » (la forme raccourcie) mais aussi les ancêtres des synonymes modernes « monocéros » et monocère » tirés directement du grec. En français moderne, les noms « monocéros, monocère, unicorne » sont synonymes pour désigner le narval, appelé aussi « licorne de mer ». Mais attention, de ces trois mots :

  • seul « monocéros » désigne la constellation australe (plus communément désignée comme la Licorne de toute manière) ;

  • seuls « unicorne » et « monocéros » désignent le rhinocéros (le second est vieilli).

La presse a révélé aujourd’hui que la licorne de Sibérie (cf. image) aurait disparu bien plus tard que prévu, mais la linguistique ne pourra jamais faire le lien entre elle et la licorne de nos légendes.

Merci pour votre lecture ! J’espère que vous avez apprécié ce petit voyage dans l’origine du mot « licorne ». N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions.

Sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s