Poème bilingue (18-21) : Then I

Elle descend prudemment d’un Olympe invisible
To cover our laughter under its feeble veil
Et métaphorisée, sous toujours l’égal jour
We refine its meaning in our floundering prose
Car elle reste la même sous les métamorphoses
For its shapes are unchanged and the real remains poor
Et tombant d’elle-même, telle une montagne en fuite,
She lights a dark fire, felling for petty feats
Et disparaît au fur, et à mesure que
She stitches her own fur, so the time of her cue,
Est celui où la scène n’échoit d’y jouer la sienne


There she is, so behold! How pretty in AWOL
Is the same wholesome hole, qu’on surprend en plein vol
Et que depuis le sol, on enduit de paroles,
Et dont on se convainc, qu’elles sont ces petits points
All the sequins so bright, that make it so, the night

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s