Poème (18-6) : Let the rain put it out

À la chaleur sèche et parfaite du crépuscule
Succède la genèse suante d’un feu de feuilles
Au chalumeau chamarré du brasier ridicule
Se compare concupiscent le ciel noir d’écueil

À la façon dont un épervier perdu perché
Sur le haut d’un arbre pour le contempler
Considérerait avec intérêt ce spectacle flammeux
Je m’accoude au chambranle et le regarde heureux

On me crie de descendre : rester est dangereux !
Je m’écrie que des cendres, on n’en fera que d’eux
Les insouciants sont invincibles, donc laissez-moi m’insoucier
Les innocents ignifugés, donc laissez-moi, par pitié

Le feu ? On est en août,
alors…
Let the rain put it out.
*

 

* Laissez la pluie l’éteindre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s