Poème (18-1) : Sentir mieux

Pris dans des limbes au parfum prématuré
J’ai maintes et maintes fois considéré
Que ma vie avait valeur de mystère et de cœur
Mais j’ai résolu aujourd’hui de ne plus avoir peur

Pour aborder l’existence avec légitimité
Il faut y croire d’un amour inimité
Pour fabriquer sa trame dans l’espace
Il faut savoir trouver sa place

Alors pourquoi souffrir
Alors pourquoi mourir
Alors que l’heure nous fait déjà sourire

Pourquoi alors pleurer
Pourquoi alors cacher
Ses sentiments à ses amants

Pleurer c’est sacrifier
Le cadeau damné
D’une vie méritée
D’une vie avortée

Alors sache, mon père, que quelles soient mes peines
Je saurai voir l’impair, et que je vaille la peine

2 commentaires

  1. Une affectivité extrême, une atteinte morale perceptible et une acuité de tristesse, clairement apparaissent dans ces lignes, de celles qui appartiennent aux perceptions intellectuelles des êtres sensibles que sont les artistes en général et les poètes en particulier.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s