Hebdo – semaine 20, 2017

Le lundi, j’ai foui…

 Le Clan des Siciliens

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Jean Gabin – Ah, ça y est ! Gabin a franchi le cap soixante-huitard. Et comme on pouvait s’y attendre, ça fait drôle de le voir se pâvaner avec son ventre et son autorité dans les décors colorés des maisons d’alors. Tout n’est malheureusement pas question de décor : les acteurs désignés pour prendre sa succession s’en sortent déjà bien mieux, Delon en tête. Et hélas, tout fait penser très fort à l’âge avancé de Gabin. Son époque sera bientôt révolue et cela se sent. Et puis malgré les excuses que le réalisateur peut se ménager dans le succès emblématique qu’il fait surgir du néant avec Le Clan des Siciliens, il ne se sert pas moins de ses personnages que comme des pions. Non seulement il les place et les déplace avec un opportunisme qui nous sort un peu trop du réel, mais il s’en débarasse aussi avec pas mal de facilité. Exemple de choix : cette femme qui a perdu son mari, protagoniste important et en pleurs pendant cinq minutes, qui disparaît dès qu’on n’en a plus besoin. Cela fait désordre dans une oeuvre qui savait pourtant prendre son temps.


Le mardi, j’ai foui…

 Macadam Cowboy

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Dustin Hoffman – Ce film peut poser le problème suivant : d’un côté il ne transporte le spectateur en rien, par aucun des nombreux aspects qu’il traite pourtant : misère, amitié, naïveté, mélange de cultures, psychédélisme… Aucun de ces thèmes n’est doté de l’aura, du charme cinématographique qu’il mérite. Et cependant donc, d’un autre côté l’oeuvre ne répond pas aux sempiternels critères américains. Alors comment peut-on critiquer négativement des éléments précis d’un film qui fait tout pour se démarquer, sans perdre de la réussite des portraits qu’il effectue ? La réponse est simple : une telle critique est illégitime. On peut facilement ne pas aimer ce film, mais il est impossible de dire objectivement qu’il est mauvais.


Le mercredi, j’ai foui…

 Dune

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)

David Lynch Dune, en bon récit politico-SF, était un terreau de choix pour y semer une graine de David Lynch n’ayant encore fait ses preuves que dans le franchement étrange. Et il s’en serait bien dépatouillé s’il n’avait pas eu à faire usage d’effets spéciaux mitigés, de corrects quand il s’agit d’éléments importants comme les vers des sables, à médiocres en ce qui concerne les accessoires, comme ces affreux boucliers pour le combat au corps-à-corps. L’usage de la voif off est également un encombrement inégalé avant ce film et depuis. Mais heureusement, on s’y fait, tout comme au style de Lynch adapté à l’univers d’Arrakis, et s’il y a une chose franchement réussie et pas frustrante pour un sou si on y a déjà été sensibilisé, c’est la façon de gérer le temps qui passe sans rien négliger de l’intrigue complexe.


Le reste de la semaine, j’ai rien foui…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s