Hebdo – semaine 34, 2016

 Retour à un rythme bloguesque normal au prochain hebdo. 🙂

 

Le lundi, j’ai foui…


pasdefilm

Le mardi, j’ai foui…

spoil1

 Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)

Il y a des raisons d’être pessimiste quand on entame le septième volet de la saga la plus commerciale de l’histoire du cinéma. Rien que de penser que la troisième trilogie est la suite de la première à laquelle la deuxième est une préquelle, on a le tournis. Mais le charme opère et le secret n’en tient pas en quinze pages : la production a simplement eu l’intelligence – et s’est donné honteusement les moyens – d’investir dans le même kitsch que celui des années 1980.

Oui, ça sent l’argent. Mais il n’est pas jeté inutilement dans des effets graphiques qui pollueraient de toute façon l’image. Ce sont les mêmes créatures, les mêmes pistolets et sabres laser, dessinés comme il y a quarante ans et ça fait plaisir. Si on a succombé à la trilogie initiale, et à plus forte raison encore si on a aimé la deuxième, il n’y a pas vraiment de raison de ne pas apprécier le septième opus en particulier car il semble immunisé contre les excès au cinéma de la modernité galopante, mis à part le fait que les « entrefilms » sont beaucoup plus médiatisés qu’avant, et que la machine Cinéma en profite pour jouer sur le mystère entourant le volet suivant. Mais vraiment, on peut attendre les deux prochains films avec plus d’optimisme, maintenant.

Et puisque rêver n’a jamais fait de mal à personne, qu’est-ce qui empêche d’imaginer que la saga Star Wars continuera encore plusieurs décennies, telle une série au long terme, à l’échelle encore inégalée ? La qualité irait en se détériorant, le temps aidant, mais quelle nostalgie on aurait alors à repenser à l’année 1977 !


Le mercredi, j’ai foui…

 pasdefilm


Le jeudi, j’ai foui…

spoil1

 Pitch Black

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)

Même les fans les plus férus de SF outrancière auront de quoi être épatés par la mise en scène magique du premier Riddick. Au départ, le tournage est un peu épileptique et les couleurs sont agressives. Mais quand on apprend que la justification à ces excès graphiques est le caractère tri-solaire de la planète, on bave de bonheur en bon amateur d’exoplanètes cinématographiques. De plus, bien que l’ambiance soit un peu celle d’Alien – sombre, claustrophobe, humide et tellement…alien -, ce n’est pas le même type d’angoisse et ça tape encore une fois dans l’originalité. Il suffit de s’apercevoir que les jumpscares ne sont pas du tout effrayants ! Bref, une fois passée la malheureuse constatation que le film n’est qu’une bande-annonce pour le jeu vidéo, on est bien distrait et fasciné par le mystérieux et cynique Riddick.


Le vendredi, j’ai foui…

spoil1

 Les Chroniques de Riddick

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Par rapport au film initial, ce deuxième opus a perdu toutes les petites qualités qui en faisaient une oeuvre plus que potable. Les jeux de lumière sont remplacés par des flashs encore plus épileptiques qu’en 2000. Le côté pur SF qui faisait tant plaisir dans Pitch Black est réduit à des proportions trop infimes alors que les idées y étaient sans avoir la moindre chance d’éclore et de s’épanouir.

Quant au reste, c’est nettement moins basé sur un scénario de jeu vidéo mais il ne reste plus grand chose déjà du mystère autour du personnage central, dont on ne sait pas où va l’allégeance maintenant qu’il n’est plus aussi cynique : humain ? animal ? il s’en fout ? Son ambiguïté a disparu, sa froideur fondu, et il ne reste plus de son caractère que le noyau dur : les petites phrases badass lancées à tort et à travers entre deux égorgements.


Le samedi, j’ai foui…

spoil1

 Riddick

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Pour bien achever le personnage de Riddick qui avait déjà bien morflé (pardonnez-moi le mot un peu fort) au deuxième volet de la saga, on l’a paradoxalement sorti de son cadre « jeu vidéo ». Une fois déraciné (car c’est bien malheureux mais Riddick puisait son essence dans cet aberrant terreau artistique), scénaristes et producteurs ont pu trouver un terrain d’entente idéal pour lui arracher ce qui lui restait d’âme. Plus aucune trace – cette fois, on y est – du mystérieux et ambigu criminel : maintenant, il s’agit d’un guerrier solitaire (???) qui doit se civiliser pour survivre, après avoir donné libre cours à ses instincts animaux qui le rendaient plus badass que jamais.

Et le côté SF qui disparaît peu à peu de la saga ? Tant qu’à faire, il est amputé un peu plus. C’est du temps gagné pour montrer des têtes qui tombent et du sang qui gicle. Pour ce qui est de la continuité entre deux opus, le chef monteur était équipé d’un ruban adhésif de premier choix pour relier les deux scénarios, et d’un excellent feutre indélébile afin de glisser une rapide explication sur ce qui s’est passé pour que Riddick en arrive là.


Le dimanche, j’ai foui…

spoil1

 Prince Yaroslav

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Et c’est pour ça que c’est très difficile à suivre. Euh, oui, désolé…je suis rentré dans le vif du sujet trop vite et vous ne m’avez pas suivi. Exactement ce que fait le film. En effet, on a droit tout de suite à un résumé historique qui se veut condensé, mais qui va si vite qu’on en perd déjà le fil et qu’il faudra un moment avant de pouvoir faire la distinction entre les différentes peuplades.

Et alors qu’on essaye toujours de raccrocher les wagons, on est catapulté dans une histoire violente, indéniablement imperméable à la compréhension et au rythme beaucoup trop rapide. On croirait presque que le montage s’est déroulé lui aussi sous le claquement des fouets, tant les transitions sont…comment dire ? Inexistantes. Pas de temps mort pour essayer de comprendre ce qui se passe. Apparemment, selon la production, ce que veut le spectateur, c’est du sang. Plein. Et vite. Qui jaillisse et sorte de tous les trous.

Autre chose : il aurait fallu un conseiller spécial au réalisateur pour lui expliquer que les microphones sous les parquets étaient superflus. Parce qu’au niveau des claquements sourds de plein de paires de bottes dans lesquelles s’agitent des jambes bourrues et blindées de fer, on est servi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s