Hebdo – semaine 8, 2016

fav_c3po_2

Lundi

théma (9)

spoil1

 Martin Roumagnac

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Ce film manque complètement du « peps » qu’on pouvait légitimement attendre de la reprise du cinéma dans l’après-guerre, surtout avec Gabin et Dietrich au générique. C’est finalement la même chose que ce que faisait Gabin auparavant, avec cette fois-ci une affiche féminine plus glorieuse et moins faire-valoir mais sans résultat. C’est une oeuvre sans nouveauté qui fait confiance à ses vedettes et s’est laissée prendre au piège de la facilité.


Mardi

théma13

spoil1

 E.T. l'Extraterreste

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)

On pourrait presque reprocher à Spielberg d’avoir fait un film pour enfants avec E.T. tant il est plein de promesses plus valorisantes. Non content de réussir ses effets spéciaux sur un extraterrestre attachant et qu’on peut vite se laisser aller à qualifier aussi de puéril, il invoque des moyens non négligeables et bien exploités pour produire des scènes bêtes et d’anthologie (cf. le fameux logo d’Amblin Entertainment) mais dont on n’a pas le droit de dire qu’elles sont ratées. C’est en tout cas un exemple appréciable du cinéma de qualité qu’on peut tirer de n’importe quel projet.


Mercredi

spoil1

théma (12)

 Peur bleue

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Hélas, la réalisation est pauvre, les jeux d’acteur médiocres. Il y avait tant à faire et il n’en ressort que du ridicule. Notamment lorsque la terrible scène d’un meurtre (où on a peur que le père éploré décède, non sous l’effet de la peine mais à cause de la propre intensité vocalique de son étrange cri) est immédiatement suivie de la scène de l’enterrement, un procédé utilisé deux fois et dont on croit qu’il a pour vocation de faire rire. Une piètre exploitation du scénario qu’offrait Stephen King, gâchée dans un but seulement économique.


Jeudi

 Le Don paisible (1)

Je ferai la critique de ce film en trois parties quand j’aurai vu la troisième.


Vendredi

spoil1

ru

 Don Quichotte

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Une adaptation bien russe qui se trouve parfaitement dans l’esprit du roman, avec des choix d’extraits (le livre est tellement gros) parfois trompeurs et faisant l’effet de passer du coq à l’âne. Un choix scénaristique qui est toutefois en accord avec la folie du personnage qu’aucun autre que Nikolaï Tcherkassov n’aurait pu si bien interpréter.


Samedi

spoil1

théma (5)

 L'Amour vient en dansant

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)

Encore un exemplaire de cinéma pluridisciplinaire dans l’âge d’or américain, que l’époque a pu doter en plus d’une intrigue très complexe dont les méandres ne cessent de surprendre par leur inventivité. Astaire y réaffirme ses multiples talents sans pourtant faire de l’ombre à sa compagne de tournage. Même en n’appréciant pas les films en noir et blanc où la musique est très orchestrale, on ne peut qu’être sensible à un tel charme.


Dimanche

revu

 Tron : l'Héritage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s