Hebdo – semaine 52, 2015

fav_c3po_2

Lundi

spoil1

théma (8)

 Sacré Noël

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Une première partie qui menace d’envoyer le spectateur directement au lit, fort d’une agitation idiote, d’un humour sans intelligence et de doubles adjectifs (je parle de ces deux qualificatifs redondants pour qualifier les choses les plus triviales qui rendent les dialogues très lourds). C’est la bande-son qui sauve l’histoire, puisqu’elle cache grosso modo le côté navrant de ce qui se dit. La partie finale surprend toutefois, et annule toutes les pauvres prestations des enfants acteurs en cette représentation finale moins matérielle, assez artistique et charmante. Un scénario très convenu, sans coup de génie mais qui parvient à distraire qui aura survécu à sa mise en bouche.


Mardi

spoil1

théma (8)

 Max

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

On voudrait presque pouvoir dire de ce film qu’il n’est porté que par son casting qui mêle l’expérience de Marielle à la belle intégration dans l’actualité de JoeyStarr, mais il est impossible de nier que le scénario, malgré le choix du thème « Noël », ne manque pas d’originalité, et qu’il jongle avec habileté à la limite du vulgaire. Et pourtant rien ne choque, c’est bel et bien un film tout public où tout est dans la suggestion et où les sujets les plus adultes sont traités avec simplicité, s’accordant très bien au personnage de Max. Très bien géré, très Noël malgré qu’il frôle toujours le graveleux.


Mercredi

spoil1

théma (8)

 Les cinq Légendes

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

De belles images, mais ce n’est même plus une qualité particulière pour un film au vu des moyens dont dispose l’animation. C’en est même ringard de le souligner. Mais malheureusement, le film n’a pas autre chose qui puisse le faire passer pour une oeuvre de qualité ; la bande originale est excessivement basique et le scénario semble une tranche découpée dans un truc plus grand (il n’a ni vrai début ni réelle fin et manque cruellement de matière pour captiver le spectateur alors que l’image est déjà censée le faire d’elle-même). C’est dommage d’arriver à dire ça, mais c’est presque un film « trop fini », qui devrait avoir une promesse de suite rien que pour au moins créer l’illusion de son intérêt.


Jeudi

pasdefilm


Vendredi

spoil3

théma (8)

 Le Noël où tout a changé

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Faire le choix d’antagonismes s’avère une entreprise extrêmement décevante quand le film manque…d’antagonismes. Le point de vue est unilatéral et sans surprise, et celui du spectateur change sans que quoi que ce soit dans l’oeuvre ne le lui fasse réaliser d’une manière qui en vaille la peine. Le scénario est farfelu, pas trop mal déroulé, mais ne relève pas le manque de sauce de l’ambiance.


Samedi

théma (8)

spoil1

 Le Père Noël

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

allocineimdbLes titres des films de Noël sont vraiment victimes de l’image qu’ils portent, et celui-ci est encore une preuve qu’il ne faut pas s’y fier. Sans la prétention de faire grand, avec peu de moyens, avec seulement deux acteurs qui portent l’ambiance sur leurs épaules, il est vraiment touchant. Rien de bien original si ce n’est l’intelligence du très jeune acteur qui doit jouer un personnage encore plus intelligent, et qui fait passer des notions très puériles, complètement pipi-caca et pourtant si Vraies. D’autres éléments de scénario moins réjouissants constituent tout naturellement l’histoire pour l’étoffer, mais sans trahir l’ambiance noëlesque, ni abus ni hors-sujet.


 

Dimanche

théma (8)

spoil3

 L'étrange Noël de Monsieur Jack

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)

Ce film ressemble à un petit plaisir que se serait fait Tim Burton, puisqu’il produit ici une oeuvre tout à fait contradictoire, dite de Noël et sous forme de film d’animation, et pourtant porteuse de morbide et de macabre. Et sans être choquant, ce mélange de la naïveté de l’animation se prête bizarrement à la conquête de Noël par des personnages d’Halloween. D’autant que le scénario n’hésite pas à bafouer la beauté de Noël en la corrompant des vices halloweenesques. Le tout mis en valeur par un personnage inattendu, dont il est bon de réaliser qu’il est dans l’erreur et extrêmement têtu pendant toute l’histoire, et par un fort caractère graphique et musical. Distrayant, captivant, un cocktail exotique à savourer pendant n’importe quelle fête.

Une réflexion sur “Hebdo – semaine 52, 2015

  1. Pingback: Dossier : le flashback | Cinémanonyme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s