Hebdo – semaine 41, 2015

fav_c3po_2

Lundi

théma (9)

 Golgotha

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)

Une représentation grandiose d’un sujet pourtant commun dans les arts. Tout en conservant l’histoire originale, ce film fait sa place dans le tout jeune cinéma parlant en n’hésitant pas à mettre des centaines de personnes en scène, sans pour autant tomber dans le travers de se concentrer sur l’image pour négliger le reste. Si la technique ne permettait pas encore d’exploiter au maximum la beauté de l’image, il fait quand même l’effort de présenter quelques très beaux plans. Les effets spéciaux ne sont pas négligeables non plus, et même 80 ans plus tard, ne passent pas pour dérisoires. Avec les difficultés d’alors pour la prise de son, on ne s’attendait pas à ce que le magnétisme des voix puisse transmettre le charisme des acteurs, et l’oeuvre y parvient pourtant. Et pour finir, pour un film si éloigné des critères contemporains, il est étonnamment compréhensible sans qu’on ait à s’aider de connaissances en catéchisme. Soporifique, certes, mais surprenant dans toute l’étendue du bon sens du terme.

Mardi

théma (1)

 Le Majordome

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Cette oeuvre historique très popularisée par les médias ne débouche pourtant sur de vraies émotions que sur le tard. Alors qu’il aurait été relativement aisé pour un scénario de cette intensité de créer une ambiance particulière telle qu’on attend de grandes histoires sur des vies entières, la première moitié du film se perd dans un brouhaha visuel où tout s’enchaîne un peu vite. Ainsi mal parti, le fil de l’histoire ne se met en place qu’avec la monotonie rassurante (et agréable, sans s’y méprendre) de la succession des présidents. Heureusement que cela permet un bon rétablissement de l’atmosphère générale car on n’est vraiment pas aidé par les effets sonores qui se marchent dessus. Deux autres bons points sont la performance de Forest Whitaker et le maquillage pour le vieillissement des personnages, qui touche même à l’apparence globale (au « look ») et à l’altération de la voix sans perdre une once de cohérence d’une figure à l’autre. Mal lancé, pas trop mal rattrapé, ce film se laisse porter par une réalisation pointilleuse mais négligente. Un bon concentré de l’Histoire américaine de ce dernier siècle par le beau témoignage d’une aventure.

Mercredi

revu

 August Rush

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg

Jeudi

théma (11)

 La Belle et la Bête

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)

On n’attend pas grand-chose d’un film étiqueté « tchèque » et « 1978 », surtout quand on commence à comprendre qu’il s’oriente vers une interprétation horrifique. Pourtant, avec une grande facilité de compréhension, en mettant clairement en scène les éléments de l’histoire, l’oeuvre parvient à plonger le spectateur dans une ambiance qui n’a pas vieilli où se côtoient une musique immersive et des effets spéciaux qui n’ont rien à envier aux célèbres films de SF américains qui lui sont contemporains. Sans compter les cascades audacieuses et le maquillage tout sauf bâclé, quelques scènes renferment une émotion poignante qui ne reflète pourtant que la bonne exploitation de décors simplistes. Il y a des longueurs, mais tout y est tellement captivant que le film n’en parait que trop court. Un chef-d’oeuvre.

Vendredi

revu

 Avatar

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)

Samedi

revu

 Divergente

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)

Dimanche

revu

 King Kong

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Un grand spectacle graphique, la représentation ultime à l’écran de l’histoire culte. Dommage qu’il faille passer par du budget pour l’image pour faire plus fort que les films d’avant sur le même sujet. Il ne faudra pas demander aux acteurs de bien jouer, ou au scénario d’être plus crédible, ni à l’univers d’être plus imprégnant. A voir pour s’étonner.

 

Une réflexion sur “Hebdo – semaine 41, 2015

  1. Pingback: Hebdo – semaine 42, 2016 | Fouir le cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s