Critiques cinéma hebdomadaires

Hebdo – semaine 35, 2015

0
(0)

fav_c3po_2

Après un cycle de films revus et non détaillés sur le blog, C3PO reprend ses bonnes habitudes ! 🙂

Vendredi

dvd

 Sa majesté des mouches

allocineimdb300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Avec le vieux son dont il est doté, le film perd beaucoup de son charme qui se voit transformé en une braillarde agitation. En l’absence de prétexte explicatif (difficile de faire détailler la situation par un enfant, au fil du film et innocemment, sans compromettre leur crédibilité), la compréhension est assez compliquée. Et malgré toute la bonne volonté des petits acteurs, l’ambiance de décadence, d’anarchie et de morbidité n’est pas retransmise avec toute la puissance possible. Dommage, finalement, que les portraits ne soient pas mieux dépeints car les nuances qu’on devine se perdent dans le vacarme autant sonore que visuel alors qu’il y avait matière à faire une oeuvre bien plus psychologique et subtile, où l’art aurait consisté à ne manipuler que des enfants acteurs pour recréer une ambiance adulte.

Samedi

 Colditz [partie 1]

Dimanche

dvd

 Colditz [partie 2]

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)

Avec toute l’intelligence de deux parties nuancées, Colditz fait tout pour mettre en scène la puissance de l’ennui et de la peur. Et sous une vision furtive mais claire, un aspect très rare de la guerre au cinéma : quand un personnage dit aimer la guerre et qu’il argumente en parlant de ce qui renaîtra des ruines. Une révélation courageuse pour un simple téléfilm, qui peut choquer mais qui met tellement en valeur le rêve de la libération. Par ailleurs, la vision des bombardements est rare elle aussi : peu de crainte et une sorte de courage résigné et impuissant face aux bombes. Et malgré sa longueur, le film ne tombe dans aucun excès si ce n’est qu’on peut trouver décevante la réconciliation un peu mièvre de la dernière image. Et s’il n’y a rien de franchement artistique dans le tout, c’est largement compensé par le charisme indéniable de la plupart des acteurs et l’ambiance somme toute assez addictive. La guerre est un thème rabâché, surtout en téléfilm, mais Colditz fait partie de ceux qu’il faut voir à ce sujet.

Soutenez le Quantième Art et débloquez du contenu exclusif !

Une petite note pour m'aider et/ou me motiver ?

Note moyenne : 0 / 5. Votes : 0

(Psst, cet article n'est pas encore étoilé)

Je suis navrée de ne pas vous avoir été utile

Dites-moi ce qui ne va pas…

…c'est anonyme !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires