Hebdo – semaine 27, 2015

fav_c3po_2

Lundi

théma (9)

 Gloria

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Sûrement un peu prétentieux de faire un film à ce sujet à cette époque. Il en résulte une lenteur et une pauvreté de scénario qui ne s’accordent pas à l’aéronautique telle qu’on la connaîtra 30 ans plus tard. Toutefois, il y a dû y avoir très peu d’œuvres, sinon pas, offrant un tel point de vue sur l’aviation avant ce film. L’aspect technique et le tournage entre avions en fait un film assez particulier, ouvrant enfin la boîte aux talents de Jean Gabin au grand écran, même pour quelques  secondes.

Mardi

théma (1)

 August Rush

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg

On voit souvent des films « puissants », « forts », où l’émotion est bien rendue par un moyen ou un autre, et qui crée la fameuse puissance de l’ambiance. Dans August Rush, l’émotion n’est pas rendue par un seul moyen privilégié, mais par absolument tous les moyens en son pouvoir : l’amour, la musique et les gens eux-même lorsqu’ils sont inconnus et prennent une place. C’est cela qui fait qu’une fois entré dans le film, on ne peut plus en sortir, emporté par la performance de Freddie Highmore dans un rôle qu’on ne peut s’empêcher de penser qu’il a dû jalouser à sa vie réelle tant les frontières du réel y sont brisées.

Mercredi

théma (2)

 Évasion

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Entre le film de prison, oppressant et spécial, et le film d’action typique à la Schwarzy, celui-ci débute par une ambiance très particulière où Stallone contribue énormément par sa personnalité extrême et pas stupide malgré les clichés, pour ensuite se diriger sur une atmosphère de prison assez unique, mystérieuse, claustrophobique, malsaine et très difficile à cerner. Dommage que ce mystère soit réduit en bouillie en même temps que le « méchant » dans un bain de sang tellement conventionnel.

Jeudi

revu

 Alerte

Vendredi

de

 Les Dieux de la peste

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Dans une thématique aussi fermée que Fassbinder, on ne peut que jouer le comparatif entre ses films ; l’objectivité et l’absolu se résumeraient sinon à tout répéter. Ainsi, dans l’évolution de ce réalisateur, cette oeuvre marque comme un tournant : si tout est dans le même style, la musique n’est plus unique ni répétitive, les acteurs récitent moins, la lenteur s’estompe…mais l’histoire reste complètement incompréhensible, comme le titre !

Samedi

théma (5)

 Grease 2

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)

Pour selon que le film a raté devant le grand public, on peut facilement le trouver très satisfaisant : il a su recréer l’ambiance du premier Grease sans en faire la copie conforme, et sans se vanter d’avoir retrouvé les anciens acteurs en les mettant ostensiblement en scène ni assumer avec une humilité trop débordante de ne pas les avoir retrouvés. En bref un beau « 2 » à une oeuvre dont il ne fallait pas vraiment rater la suite.

Dimanche

 Jésus de Montréal

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)

 

Ce film se place quasiment dans une catégorie à part, entre film français et film américain du fait qu’il est québécois tout d’abord, mais aussi pour sa vision critique mais tout en douceur de la religion. Pour ce faire, l’oeuvre utilise la confusion entre rôle et réalité que l’acteur subit, dépeignant du même coup la condition d’acteur et, pour ceux qui veulent bien le voir, une reconstitution de la montée en popularité de Jésus. Dommage peut-être que l’humour, dont on a vu que les acteurs étaient largement capables, ne soit pas plus exploité, ce qui aurait dû être possible sans décrédibiliser l’histoire. L’allégorie finale au corps du Christ est peut-être un peu prétentieuse mais exacerbe l’image de confusion entre le jeu et le mythe, dans laquelle est inscrite une simple bande d’amis.

2 réflexions sur “Hebdo – semaine 27, 2015

  1. Pingback: Hebdo – semaine 41, 2015 | C3PO
  2. Pingback: Hebdo – semaine 13, 2016 | Cinémanonyme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s