Hebdo – semaine 10, 2015

fav_c3po_2

Lundi

 Krull

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Il est toujours plaisant de mélanger de la science-fiction et de la magie, même si du coup la science-fiction perd son préfixe « science ». Le genre est précis, mais le développement intéressant, bien qu’au sein de ce genre, tout soit assez stéréotypé. Mais la quête des héros est développée par chapitre, ce qui en fait une belle saga. Démodé, sûrement, mais ce n’est pas de nos jours qu’on pourra recréer une telle ambiance cinématographique, avec si peu de prétention dans les effets spéciaux.

Mardi

 La vie dissolue de Gérard Floque

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¾.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Ah, cette époque où on pouvait faire des films drôles de bout en bout. Il est difficilement imaginable que les acteurs de cette époque (dignes du Splendid par exemple), devenus des héros du cinéma de nos jours, aient leurs équivalents aujourd’hui, desquels on vantera les mérites d’ici vingt ans. Là, la performance est trop grandiose. Jacqueline Maillan, Michel Galabru…on ne compte plus, petits comme grands rôles, tous les acteurs sont là pour nous rappeler qu’on navigue dans une oeuvre d’art. Juste « drôle ». Mais rien d’autre, surtout pas de négatif.

Mercredi

 Golden Child, l'enfant sacré du Tibet

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

L’opposition et le contraste sont bien joués entre le monde tibétain et Los Angeles. Hélas, même si les Enfers et les démons sont plaisants, il est un peu excessif d’introduire le monde mythologique dans le monde réel avec autant de naturel. Eddie Murphy est « drôle » ; on ne peut guère dire plus tant son personnage plafonne. Le film part sûrement d’une bonne idée mais se coince bien vite dans les travers du film à succès…qu’il n’est pas.

Jeudi

 Killer Kid

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

Un film paradoxalement assez terrifiant car il donne l’impression d’être en plein cauchemar, où aucune place n’est laissée à une vie plus normale. Et quand on sort de la partie la plus cauchemardesque, c’est pour tomber dans des explications qui font se le rappeler au spectateur. Histoire d’être un film, et pas un documentaire, la musique est exploitée mais très pauvrement, répétitivement. N’oublions pas néanmoins de sortir complètement du film pour rappeler que la performance des enfants acteurs n’est pas forcément innée. Enfin, c’est ce qu’on dit.

Vendredi

 Les Apprentis

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

 

Tant mieux s’il faut un cadre comme celui-ci pour enfin exacerber le talent de Depardieu fils, et tant mieux s’il s’accorde avec le de toute manière toujours excellent Cluzet. Mais le cadre est inutilement sordide, et le débouché peu clair : enfin heureux, les deux amis ? Si le titre veut dire qu’ils sont les apprentis de la vie, alors c’est cohérent. Mais le liant manque entre les deux protagonistes : pas assez d’humour, pas assez de complicité, pas assez d’antagonismes…Une bonne idée en manque d’ambition.

Samedi

revu

 Prédictions

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star¼.svg300px-Star-.svg (1)

Qu’importe la perfection quand on peut faire excellent ? C’est ce que nous prouve Prédictions, au scénario parfait à l’exception de la révélation finale, où les acteurs ne sont visiblement pas au mieux de leur forme et pour nous dire finalement que tout n’a servi à rien. Il faut assumer de cacher la Genèse dans la destruction, et l’humilité avec laquelle sont traités certains aspects techniques tend à nous dire que c’est le cas. Le film a avant tout pour but de nous transporter dans de terrifiantes visions par le biais d’action et d’une musique douce et discordante. Certes pas un chef-d’oeuvre, mais un grand film dans son style car la technique ne fait pas tout.

Dimanche

 Trois hommes et un couffin

allocineimdb

300px-Star-.svg300px-Star-.svg300px-Star½.svg300px-Star-.svg (1)300px-Star-.svg (1)

 

Trois hurleurs et un couffin. Des gags, bons mais rares, et une intrigue multiple bâclée de partout : qu’advient-il de la police ? Etc. Assez palpitant toutefois, car il est toujours plaisant de se demander ce qu’il va advenir d’un bébé dans un monde où il n’est pas censé être, puisqu’on ne verra jamais le pire lui advenir au cinéma.

 

Une réflexion sur “Hebdo – semaine 10, 2015

  1. Pingback: Hebdo – semaine 51, 2015 | C3PO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s